Massinissa Amazigh Chaoui

Massinissa Amazigh Chaoui

image illustrant un chanteur image illustrant algérien Cet article est une ébauche concernant un chanteur algérien.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Massinissa (homonymie).
Massinissa
Description de cette image, également commentée ci-après
Massinissa
Informations générales
Nom de naissance Ali Chibane
Naissance 26 juin 1967 (50 ans)
Oued El Ma (Algérie)
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Musique chaoui (rock chaoui)1
Années actives 1992 – à aujourd’hui
Labels Édition Orphée music,
Édition Ryadh music
Édition Tobna
Édition Charihane.
Influences Pink Floyd,
Joe du groupe Les Berbères,
Idir1.
modifierConsultez la documentation du modèle

Massinissa, Ali Chibane , (en arabe : ماسينيسا مغني) né le 26 juin 1967 à Oued El Ma (wilaya de Batna) est un chanteur algérien. Il vit entre Batna et Merouana.

Sommaire
1 Biographie
1.1 Enfance
1.2 Parcours musical
1.2.1 Mélodie
2 Concerts
3 Discographie
4 Notes et références
4.1 Bibliographie
Biographie
Enfance
À l’âge de 5 ans, il apprend des chansons du terroir chaouis et les chante2. À l’âge de 15 ans, il répète les chansons de sa grand-mère et il est sollicité pour chanter dans des fêtes de mariages et des galas locaux 2.

Parcours musical
En 1987, il devient membre du groupe Amenay , à l’âge de 20 ans2, avec le chanteur Aïssa Brahimi, après la sotie d’un album, le groupe se sépare3. En 1987, le jeune Ali Chibane et son ami Aïssa Brahimi sont arrêtés par des agents de sécurité, à cause de son intérêt pour la lettre Z (2D63.png) en tifinagh, qu’ils utilisent comme symbole de sa culture chaouis. Ils sont mis en prison pour trois jours à Batna1. Il chante en langue Chaoui pour tous ses albums, mais un jour où les producteurs ne voulaient plus le produire, il a chanté un album en arabe avec le style Arrassi (style de musique utilisé dans les mariages en Algérie)1. Au Festival de musique d’Oum El Bouaghi , il ne fut invité durant plusieurs années par les organisateurs qui lui reprochent de faire la politique 2. En 1992, Ali Chibane été dans un groupe qui s´appelait Massinissa, ils ont produit deux albums, et peu après ça, le groupe s´est séparé, et Ali Chibane est resté le seul membre de son groupe à faire de la musique et il a pris le nom du groupe pour devenir le chanteur Massinissa4.

Mélodie
Massinissa s’inspire des thèmes nostalgiques , la famille, l’amour, l’histoire, les traditions, etc, en tenant compte de la langue chaoui2,5.

Concerts
Massinissa a participé à plusieurs concerts dans tout le territoire algérien dans les salles de Batna, au festival international de musique de Timgad6,7 ou à Sétif au Festival de Baâlbek à Djemila 8, à Khenchela au Festival de la musique et de la chanson chaouies9, à Tizi Ouzou4, à Béchar10 et à Tamanrasset au Festival de la chanson amazigh. Au niveau international, l’artiste a fait des animations et concerts en France1, Belgique, Suisse, Tunisie et autres4.

Discographie
Massinissa a composé plusieurs albums 11. Il a 19 albums dans son parcours 12.

[afficher]
Awatid12.
[afficher]
1992 : Anza
[afficher]
1994 : zzin n Tmazighine
[afficher]
1996 : Rouba
[afficher]
2001 : Youba
[afficher]
2005 : Yliss n’saltane
[afficher]
2008 : Twiza
[afficher]
2010 : T’kout
[afficher]
2012 : Akbour Oumdghas
[afficher]
Tcha Tcha
En 2017, il a une chanson en duo avec Ali Amran dont le titre est Tharwa n Djerdjer d Tarwa n Wawres 13.
Notes et références
↑ a, b, c, d et e Djamel Alilat, « « Chanson Chaouie, de l’interdit au travesti » », Liberté,‎ 30 octobre 2003 (ISSN 1111-4290, lire en ligne [archive]).
↑ a, b, c, d et e (ar) Taher Helici, « ماسينيسا (Massinissa) الفنان الجزائري ينشط في الصيف ويلتهم مدخراته في الشتاء », Echourouk News,‎ 4 juillet 2011 (lire en ligne [archive]).
↑ Guerfi et al. 2011, p. 24
↑ a, b et c Aomar Mohellebi, « Le chanteur Massinissa a l’expression : « La chanson chaouie est écoutée partout » », L’Expression,‎ 18 juin 2011 (ISSN 1112-3397, lire en ligne [archive]).
↑ (ar) Hanane Hamlaoui, « Le chanteur Massinissa au parole chaoui », El Hiwar (Algérie),‎ 20 février 2010 (lire en ligne [archive]).
↑ W. S., « 4ème soirée du Festival de Timgad : « Une présence en quête d’oxygène » », L’Expression,‎ 27 juillet 2009 (ISSN 1112-3397, lire en ligne [archive]).
↑ Nasreddin Bakha, « 23e édition du festival international de Timgad : « D’une nuit molle à une nuit folle » », Le Soir d’Algérie,‎ 19 juillet 2006 (ISSN 1112-3397, lire en ligne [archive]).
↑ Nabil Lalmi, « Zahouania, joyeusement vôtre ! : « Sétif. Festival de Baâlbek à Djemila » », El Watan,‎ 15 juillet 2006 (ISSN 1111-0333, lire en ligne [archive]).
↑ W. S., « Engouement du public : « Khenchela, Festival de la musique et de la chanson chaouies » », Le Midi Libre,‎ 19 septembre 2011 (ISSN 1112-3397, lire en ligne [archive]).
↑ M. Nadjah, « Semaine culturelle de Batna : « Béchar » », El Watan,‎ 31 décembre 2008 (ISSN 1111-0333, lire en ligne [archive]).
↑ Masinissa persiste à s’inspirer du patrimoine amazighe [archive] Sur dzmusique.com consulté le 12 février 2012
↑ a et b (ar) Noureddine Bergadi, « Le chanteur Massinissa المطرب ماسينيسا », An Nasr,‎ 4 mai 2011 (lire en ligne [archive]).
↑ Djamel Alilat, « Duo chaoui-kabyle Ali Amran Massinissa », El Watan,‎ 24 août 2017 (lire en ligne [archive]).
Bibliographie
Document utilisé pour la rédaction de l’article

Azeddine Guerfi (dir. et Coordinateur), Nadia Bouseloua (Auteur), Rachid Mokhtari (Auteur) et Philippe Thiriez (Auteur) (photogr. Kaïs Djilali), Aurès, vivre la terre chaouie, Alger, Chihab Éditions, 2011, 25 cm × 29 cm (ISBN 978-9961-63-839-2)Document utilisé pour la rédaction de l’article

La dernière modification de cette page a été faite le 26 mars 2018 à 10:36.

(Visited 128 times, 1 visits today)

No videos found